Fondée sur ces millénaires de pratiques, d’observations réactualisées par des recherches récentes, la sylvothérapie propose une médecine préventive naturelle fondée sur des immersions régulières en forêt et invite à ressentir physiquement la force de vie qui se dégage de la croissance des arbres, de leurs cycles, de leurs bourgeonnements, de leurs poussées.

L’utilisation des arômes naturels pour modifier l’état de conscience, soigner ou calmer est pratiqué depuis des millénaires. Les médecins traditionnels brûlaient des résines dans les lieux de culte, des encens, ou des huiles aromatiques lors des cérémonies, des offices religieux, ou les soins médicaux.

Dans le « Traité des Airs, des Eaux et des Lieux », fondement de la médecine générale de l’école de Cos, Hippocrate (-460 – 377 av. JC) préconisait la phytothérapie sylvestre, en particulier les vertus purificatrices des pins ou des cyprès. Et les premiers médecins, comme Démocrite et Claude Galien (médecin grec exerçant à Rome), incitaient les hommes à aller puiser une partie de leur énergie vitale dans la forêt. Au XVIè siècle, Ambroise Paré, le père de la chirurgie moderne, plongeait les malades nus dans des tonneaux de vapeurs sèches ou humides de plantes et de bois pour les guérir des fièvres.

La forêt est une pharmacie naturelle à ciel ouvert.

Les huiles les plus actives sont celles du cèdre, du cyprès, de l’eucalyptus, du laurier, de la myrte, des pins, des sapins ou du thuya. Il y a celles qui excitent les glandes endocriniennes (cyprès, pin), celles qui sont stimulantes (citron, romarin), celles qui stoppent les fermentations intestinales (genévrier, thuya), ou encore celles qui ont des vertus calmantes (tilleul, cyprès), sédatives (lavande) ou cicatrisantes (pin, eucalyptus). Les aromes ont aussi un accès direct à la connexion émotionnelle de notre cerveau via la voie nasale. Ils peuvent atténuer les sentiments de rage ou de frustration (menthe, cannelle), améliorer la qualité du sommeil (Jasmin) [1].

 

Les phytoncides, (limonène, terpènes), véritables antibiotiques de la forêt présents surtout dans les massifs d’eucalyptus, de pins maritimes ou de pins sylvestres augmentent l’immunité naturelle (Qing Li, 2010). Les molécules actives découvertes ou redécouvertes récemment, comme  les flavonoïdes, le lignane, les terpènes, les phytostérols (lipides végétaux proches du cholestérol), sont connues pour leurs effets antioxydants, anti-cancérigènes, etc.

[1] International Journal of psychologie 2005. UK.

Le climat forestier conduit à un meilleur équilibre nerveux, sympathique et cellulaire.

Cet équilibre est favorable au corps, notamment aux maladies cardiovasculaires et facilite le renouvellement cellulaire. Globalement, l’atmosphère de la forêt exerce un rôle multi-filtres de rééquilibrage : elle protège contre les vents (- 40% en moyenne), les UV et les rayonnements (- 40% en moyenne), l’humidité de l’air, amorti les déséquilibres de température, oppose un rempart au bruit, absorbe des polluants biologiques (- 40% des germes) et physico-chimique (- 50% poussières, polluants et particules), et absorbe 90% de l’électricité statique. Les arbres absorbent le dioxyde de souffre impliqué dans les maladies respiratoires[1] et beaucoup d’ozone contenu dans l’air (Mc Pherson et al 1994). L’air respiré en forêt est aussi gorgé d’ions négatifs, favorables au système nerveux, et totalement dénué d’ions positifs responsables de troubles nerveux, de dessèchement des muqueuses, d’agressivité, de dysfonctionnements cognitifs et de confusion mentale.

[1] Les arbres absorbent jusqu’à 3,9 t par jour de SO2 (Mc Pherson 1994)

D’après « Natura, comment la nature nous soigne et nous rend plus heureux », pascale d’Erm, Les Liens qui libèrent, 2019.

Les guides s’engagent : Proposer des sorties en forêt aux soignants.

Destination : Bien-être !

nombre de guides partenaires

Plus de 30 guides partenaires, partout en France, ont décidé d’offrir aux soignants des hôpitaux voisins des sorties en forêts. Au programme, initiation à la sylvothérapie. Shinrin-Yoku et bains de forêts !

Ces guides adhèrent à l’association ESPACE SYLVOTHERAPIE ou à Fédération des guides francophones des bains de forêts, structures toutes deux partenaires officielles de l’opération.

Témoignages de Pascale d’Erm, Journaliste, auteure. Et Laurence Monce, naturopathe, formatrice. LM Terra.