crédit photo : Inventaire National du Patrimoine Naturel

La biodiversité, c’est la vie !

Le mot biodiversité vient de la contraction de biologique et diversité. Ce terme est relativement récent mais la biodiversité est très ancienne. La diversité biologique actuelle vient de la longue et lente évolution du monde vivant sur la planète, depuis les premiers organismes vivants connus il y a 3,5 milliards d’années.

  

Le terme « biodiversité » a été inventé en 1985 par Walter G. Rosen, biologiste américain, dans le cadre du premier forum américain sur la diversité biologique (1986). Ce terme a ensuite été popularisé en 1988 par Edward O. Wilson, entomologiste et professeur à l’Université d’Harvard, dans le cadre de la rédaction du compte-rendu de cet événement.

La biodiversité est le tissu vivant de notre planète. Cela recouvre l’ensemble des milieux naturels et des formes de vie (plantes, animaux, champignons, bactéries, etc.) et leurs interactions. Elle comprend trois niveaux interdépendants :

  • la diversité des milieux de vie à toutes les échelles : des océans, prairies, forêts… jusqu’à une mare encore un jardin ;
  • la diversité des espèces (y compris l’espèce humaine) qui vivent dans ces milieux ;
  • la diversité génétique des individus au sein de chaque espèce.

La notion d’interrelations est probablement le point le plus important. Plus un écosystème est riche et varié, plus il est équilibré et a la capacité de se réguler.

Zoom sur … le microbiote

La biodiversité se trouve aussi dans notre corps ! Le tube digestif d’un humain abrite pas moins de 10 milliards de micro-organismes. Cet ensemble de bactéries, virus, parasites et champignons non pathogènes constitue notre microbiote intestinal (ou flore intestinale).

Les chercheurs tentent aujourd’hui de comprendre les liens entre ses déséquilibres et certaines pathologies, en particulier parmi les maladies auto-immunes et inflammatoires.

La place de l’humain

L’être humain fait partie intégrante du monde vivant avec lequel il interagit au quotidien, et ne représente qu’une infime partie (0.06 giga tonnes de carbone sur un total de biomasse de 550 giga tonnes de carbone).

Répartition de la biomasse en fonction des groupes d’êtres vivants.  (A) Les biomasses sont représentées sur un diagramme de Voronoï où l’aire de chaque surface est proportionnelle à la biomasse du groupe d’êtres vivants considéré . (B) Biomasse de différents groupes d’animaux. Auteur : D’après Bar-On et al., traduit par Pascal Combemorel.
Source : PNAS

La biodiversité menacée

Les écosystèmes terrestres et marins sont fortement dégradés. La conséquence directe est l’extinction des espèces à un rythme effréné ! La 6ème extinction a d’ores et déjà commencé.